Calendrier

Décembre 2015
LunMarMerJeuVenSamDim
 << <Sep 2017> >>
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

rss Syndication

Archives

Affichage des articles postés le: 01/01/2001

05 Jul 2012 
Trois jours à Paris pour Thierry Lhermitte, qui vit en ce moment à Val d'Isère. Cette année, le bronzé fait du ski. De la montagne, il n'a pas ramené La Femme de mon pote (« la mienne me suffit », assuretill, mais un superbe orgelet, qui lui vaut aujourd'hui d'arborer des lunettes noires. Le coup des yeux bleus, ce sera pour une autre fois.
Pour l'heure, il attend la sortie des Rois du gag, dans lequel il a notamment Michel Serrault, Gérard Jugnot et Coluche pour partenaires. Ce sera pour le 6 mars et il est très impatient de voir le film : « Zidi a réalisé quelque chose de très différent à la fois des Ripoux— qui sera édité en cassettes par Proserpine — et de ses précédents films. Les gags y sont disséqués, répétés, presque analysés. C'est un film sur les gags et sur la façon dont ils fonctionnent. »
Ensuite, Thierry Lhermitte doit retrouver Philippe Galland (Le Quart d'heure américain)et Anémone pour Le Mariage du siècle. Puis, retour au Splendid en octobre, toujours avec Anémone, pour Tarif de nuit. « Le spectacle sera créé en mai par Josyane Balasko et Michel Blanc. Je suis vraiment ravi de retrouver la scène. Le problème, avec le théâtre, c'est qu'il faut signer pour un an et qu'ainsi on se trouve coupé de toute autre activité. Au Splendid, je peux sans problèmes me faire remplacer. J'ai besoin de l'ambiance du caféthéâtre, du contact avec le public. Et puis, il faut se sortir un peu de la frénésie du cinéma : on travaille comme des fous pendant deux mois, ensuite on arrête tout, et la folie.

05 Jul 2012 
Daniel Grandclément, un exclu de la TV du service public, et Renaud Delourme n'ont pas entendu les propos du publicitaire, ce soirlà. Dommage ! A la même heure, à Paris, leur bout d'essai dans la piraterie, TVL, s'achève par la traditionnelle saisie. Exit la jolie boucle qui vantait les joies du sport. Le mois suivant Canal RhôneAlpes, à Lyon, ne connaît pas cette fin brutale. L'émission n'a pas duré longtemps. Mais suffisamment pour être remarquée, comme ses liens avec le groupe Hersant.
C'est l'ultime tentative de 1984. La dernière avant la bénédiction présidentielle. Une petite phrase de François Mitterrand à l'occasion de ses voeux, une confirmation plus détaillée le 17 janvier au journal télévisé d'A2 : il y aura du dessert au menu audiovisuel. A nous les télévisions indépendantes ! Déjà deux émetteurs pirates ont manifesté leur existence sur les ondes : Antène 1 (qui a aussi bénéficié d'un nonlieu) et Télé ValléedeSeine à Rouen. Et pendant que JeanDenis Bredin, chargé de la cuisine — il doit remettre un rapport sur le sujet d'ici avril — choisit sa recette, une centaine de convives réclament eux aussi leur part du gâteau. Il y a des gourmands. Et souhaitonsle, des gourmets.

05 Jul 2012 
François Mitterrand concède enfin la pub à la FM, Canal Plus démarre son compte à rebours et le plan câble promet la multiplication des chaînes. Il n'en faut pas plus pour que des émetteurs franchissent les frontières, au nez et à la barbe des gabelous, sous l'étiquette anonyme de « matériel électronique ». Histoire de tâter le terrain, des télévisions se mettent à éclore tout doucement au printemps. L'opposition politique prend l'initiative. Dans un premier temps à Fréjus. Son maire UDF, Philippe Léotard, le frère de l'acteur, obtient des programmes fournis par RTL, Hachette, l'INA et d'autres, afin d'alimenter Télé Estérel Méditerranée, de 10 à 22 h, chaque jour de la dernière semaine de mai. Miracle étonnant d'une certaine diplomatie, cette pirate n'est pas saisie. Elle interrompt tout de même ses émissions de son propre chef.
Etape suivante : ClermontFerrand. Cette fois, c'est le service public qu'on réduit au silence. Le lundi 4 juin, à 19 h 30, des ondes venues d'ailleurs chassent de sa fréquence le bulletin paroissial de FR3 pour la diffusion d'un « Autre Journal », comme il est baptisé. Encore une initiative proche de l'UDF. L'un de ses promoteurs n'est autre que le directeur de l'information de la radio locale privée Radio Chamalières Locale, qui compte dans son conseil d'administration un certain Valéry Giscard d'Estaing...
Le bouquet final de cette vague printanière, c'est Canal 5 à Paris. Il rassemble une belle brochette de « médiaspeople » : Guy Sitbon, André Bercoff alias Caton, et JeanLouis Bessis, l'avocat des premières radios libres. Ils disposent de moyens importants. Pour une initiative spectaculaire : garder l'antenne 24 h sur 24. Dans la nuit du 20 juin, un émetteur relativement puissant, monté dans la chambre 313 du Flatotel, face à la Maison de la Radio, envoie dans l'éther une rafale de clips, de pubs et de directs aléatoires. Ce programme nonstop est interrompu le 21 à 15 h par l'arrivée sur place d'une poignée de policiers débonnaires et de techniciens assermentés. Evidemment le matériel est confisqué et les animateurs inculpés. « Oui, c'est vrai, rétorque Bessis, nous n'avons pas le droit d'émettre, mais aucune sanction n'est prévue par la loi. Donc notre entreprise ne présente aucun caractère illégal. » Non lieu, admet le juge Grellier, le 29 août de la même année. Une véritable campagne de pression, en faveur des télés privées s'organise alors dans la presse et les couloirs du pouvoir. Les rumeurs se multiplient : le gouvernement envisage l'abolition du monopole TV avant les élections de 1986. Jacques Séguela en personne confirme.
05 Jul 2012 
Enfin pas trop fort. Vontils décrocher la médaille ? Ils aimeraient bien : RATV (Antène et son réseau de 60 projets dans tout le pays). Canal 5, TVL (avec le groupe Carrefour pour un nouveau produit libre), BMB (à ClermontFeriand) et donc RVS (à Rouen), etc.
Les municipalités A nous les télés « gardechampêtre » ! Les villes en lice : Toulouse, Grenoble, Nantes, Nice (Canal 40), Paris, StGermainenLaye, Fréjus, Lyon, etc. Les autres Sourire Télé 7 (à Reims). A Paris, plusieurs prc jets : Igor Barrère (le réalisateur), JeanClaude Decaux (les abrisbus), Bernard Tapie (on ne prête qu'aux...), et tous ceux qui se manifes:& ront d'ici la clôture des candidatures. Rappeleque le sigle TCV est déposé...
05 Jul 2012 
La presse, surtout celle de province, possède ses radios. Pourquoi pas ses télévisions ? Sont partant, outre les journaux déjà cités : Le Point (avec la société vidéo TCT), Le Figaro et la totalité du groupe Hersant (pour un projet européen), Le Matin, Libération (avec UGC et l'agence de pub RSCG pour « Hit TV »), Le Meilleur (« Vol de nuit », une télé noctambule), SudOuest. La Dépêche du Midi• Le Midi libre. etc. Ils connaissent la musique.
La radio avec des images, c'est aussi de la télévision. Un savoirfaire en amène un autre. A Paris, on rencontre au portillon : NRJ (pour une chaîne musicale clippée), 95,2, RFM et La Voix du Lézard (Aquarius TV). En province : Radio Nemo (Nice), radio 2000 (Dijon), RVS (Rouen), TSF 1000 (Toulouse), Alligator (à Montpellier avec Le Midi libre), Angers 101 (avec Le Courrier de l'Ouest), CVS (à Versailles avec JeanCharles Edeline)... et même Sud Radio (Sofirad), etc.

Page précédente  1, 2, 3, 4, 5  Page suivante